Le Moyen Âge - sculpture & peinture

Andrée RAYNAUD | 7 février 2010

La Sculpture médiévale

L’art roman concerne essentiellement les édifices religieux réalisés, pour la France, du milieu du Xe s. àla fin du XIIe s..

Pendant la première moitié du XIe s., des essais isolés de décoration des façades sont réalisés comme sur l’église de St-Genis-des-Fontaines (Pyrénées-Orientales) dont le linteau du porche d’entrée constitue le plus ancien témoignage de l’art roman primitif en France.

ÉGLISE DE SAINT-GENIS-DES-FONTAINES (Pyrénées -Orientales). Bas-relief roman, XIe s.. Linteau (daté de 1020) en marbre de 2,21x0,80 m (porche).
Timbre : détail du linteau. Emis le 24/01/1976 ; dessinateur et graveur : M. Monvoisin.
Carte : le linteau en entier. Editions Empire Philatélique.
Oblitération : Premier Jour illustrée et concordante de St-Genis-des-Fontaines (66).

Les églises construites pendant la période romane, entièrement voà»tées en berceau et épaulées par des contre-forts, sont envahies par un décor sculpté : portail d’entrée, dans l’église, le cloître... Des chapiteaux historiés, tels ceux de l’église d’Issoire (Puy-de-Dôme), et des frises ornent l’intérieur et l’extérieur du monument.

ÉGLISE d’ISSOIRE (Puy-de-Dôme) « Le chapiteau de la Cène », XIIe s. Sculpture polychrome, située dans le choeur de l’église St-Austremoine.
Timbre : émis le 10/02/1973 ; dessinateur et graveur : C. Haley.
Carte : éditions du Lys.
Oblitération : Premier Jour illustrée et concordante d’Issoire (63).

L’art gothique est né en France et en Angleterre au début du XIIe s.. Il s’étend, en France, suivant les régions, de 1150 ou 1200 jusque vers 1550. Il s’épanouit dans toute l’Europe.
L’art gothique doit beaucoup àl’invention de la croisée d’ogives et aux arcs-boutants. L’arc brisé se généralise, les supports gagnent en hauteur, les vides (ouvertures garnies de vitraux) l’emportent sur les pleins.

La sculpture est toujours soumise aux lignes architecturales essentielles qu’elle souligne mais elle est, dans certains cas, posée devant elle, pleinement développée dans les trois dimensions (par opposition aux reliefs). Les sculptures des cathédrales gothiques ont essentiellement pour but d’enseigner l’Ancien et le Nouveau Testament àune population analphabète.

CATHÉDRALE D’AMIENS (Somme). « Le mois de Février », XIIIe s. Bas-relief quadrilobé du portail St-Firmin : paysan se réchauffant près d’un feu de bois.
Timbre : émis le 22/02/1969 ; graveur : J. Combet.
Carte : éditions des Monuments Historiques, Paris.
Oblitération : Premier Jour illustrée et concordante d’Amiens (80).
CATHÉDRALE DE STRASBOURG (Bas-Rhin). « Le Pilier des Anges » (Saint Mathieu), 1230. Sculpture située dans le croisillon sud.
Timbre : émis le 23/01/1971 ; dessinateur et graveur : E. Lacaque.
Carte : éditions P.A.C.
Oblitération : Premier Jour illustrée et concordante de Strasbourg (67).

La peinture médiévale

La peinture est une pratique artistique qui consiste àrecouvrir une surface de couleurs.

La peinture àla détrempe résulte du mélange de pigments colorés (d’origine minérale ou animale) àde l’eau additionnée de colle ou de gomme. Cette technique est la plus courante pour les peintures sur chevalet jusqu’àla fin du XVe siècle.

Pour obtenir une peinture plus résistante et moins sensible aux variations hygrométriques, de l’Å“uf est ajouté au mélange précédent. Ainsi est obtenue la tempera qui reste la pratique dominante dans la peinture sur panneaux jusqu’àla fin du XVIe siècle.

À partir du XIVe siècle, la peinture devient réaliste et raffinée avec des formes plus élégantes, un dessin plus capricieux et des arabesques.

En Europe, au XVIe siècle, une étonnante floraison d’Å“uvres témoigne de la vivacité de la peinture.

ARTISTE INCONNU Primitif de Savoie (XVe s.) : « L’annonciation », 1450-1480. Peinture sur bois de peuplier (double face) 120x85 cm. Musée des Beaux-Arts, Chambéry (Savoie).
Timbre : émis le 09/05/1970 ; graveur : J. Pheulpin.
Carte : éditions Braun.
Oblitération : Premier Jour illustrée et concordante de Chambéry (73)
ROGER VAN DER VEYDEN dit Roger de la Pasture (1400-1464). Portrait de Philippe le Bon, duc de Bourgogne, 1445. Peinture sur bois 0,31x0,23 m. Musée des Beaux-Arts, Dijon (Côte-d’Or).
Timbre : émis le 03/05/1969 ; graveur : G. Bétemps.
Carte : éditions P.A.C..
Oblitération : Premier Jour illustrée et concordante de Dijon (21).
GIRARD D’ORLÉANS ( ? - 1361). Portrait du roi Jean le Bon, 1359. Peinture sur bois 0,60x0,45 m. Musée du Louvre, Paris.
Timbre : émis le 25/04/1964 ; graveur : P. Gandon.
Carte : éditions Nomis.
Oblitération : Premier Jour du Mans (Sarthe), (ville natale de Jean le Bon).
LE MAÃŽTRE DE MOULINS (Jean Hey, dit) vers 1440. « Pierre de Bourbon présenté par Saint Pierre », 1492/93. Huile sur bois 73x65 cm (volet d’un tryptique). Musée du Louvre, Paris.
Timbre : émis le 14/10/1972 ; graveur : R. Cami.
Carte : éditions C.E.F.
Oblitération : Premier Jour illustrée et concordante de Paris.
ENGUERRAND QUARTON (1410- ?) « Pietà » de Villeneuve-les-Avignon, 1460. Peinture sur bois 1,62x2,18 m. Musée du Louvre, Paris.
Timbre : émis le 10/12/1988 ; dessinateur : P. Lambert ; héliogravure.
Carte : édition Abbaye d’en Calcat..
Oblitération : Premier Jour illustrée et concordante de Paris.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document