Interview-passion

Il voulait revoir sa Normandie

Christian BARRET | 3 novembre 2010

Les pages de notre site sont ouvertes aux exposants de notre spécialité. Retrouvez un collectionneur qui présente une pièce marquante de sa collection. Aujourd’hui, retour sur l’un des compétiteurs du championnat de France 2010 : Dominique Durand.

Les Maximaphiles Français : Dominique Durand, bonjour ! Quand êtes-vous entré en maximaphilie ?

Dominique Durand : En 1995.

MF : Qu’est-ce-qui vous a fait choisir ce sujet ?

DD : Je suis normand. Je collectionnais les timbres, les oblitérations et les cartes postales sur la Normandie. C’était pour moi une suite logique de monter une collection sur ce sujet dès que j’ai découvert la maximaphilie.

MF : Comment avez-vous réussi àaccumuler autant de pièces sur votre sujet ? Comment avez-vous acquis des cartes étrangères ?

DD : C’est grâce aux services de l’Association. Je n’ai pas eu besoin de cartes du bout du monde car le sujet ne le demande pas.

MF : Pourquoi avez-vous choisi cette pièce ?

DD : Le Mont-Saint-Michel est considéré comme la 8e merveille au Monde. Pour moi, c’est la plus belle pièce de la collection.

MF : Vous présentez dans votre collection des C.M. qui sont des réalisations personnelles. Quel plaisir cela vous procure-t-il ?

DD : J’aime rechercher les cartes anciennes dans les brocantes et trouver un visuel qui sorte de l’ordinaire, qui soit en relation avec le sujet et que tout le monde n’aura pas. Et puis il y a le plaisir de se déplacer sur le lieu pour faire les oblitérations, donc voyager...

MF : Combien de temps avez-vous mis avant d’arriver àce niveau de compétition ?

DD : Entre la première exposition et le championnat de France, 5 ans se sont écoulés.

MF : Quel avenir pour cette collection et quelle sera votre prochaine expo ?

DD : Cette collection est àprésent destinée àla propagande sur la maximaphilie et aussi une exposition en Normandie si l’occasion se présente.

[(Les origines de l’Abbaye du Mont-Saint-Michel remontent au début du VIIIe siècle.
L’Archange Saint Michel étant apparu àl’Evêque d’Avranches, Aubert, celui-ci fonda sur le « Mont-Tombe » un oratoire que remplaça une abbaye carolingienne. Jusqu’au XVIe, vont se succéder sur le Mont, des édifices romans et gothiques, dont la splendeur ira croissant. Il est surnommé la « Merveille de l’Occident ».

E : 02.02.31, Ed. : Yvon, Obl. ord. Type A4, Le Mont-Saint-Michel du 23.08.36.

Le Mont a été fortifié lors de la guerre de Cent ans. Le château fort de l’Archange va résister àtous les sièges et ne sera jamais pris par les Anglais.)]

En image(s)... cliquez pour agrandir les photos !

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document