Les Maximaphiles Français
1 timbre + 1 carte postale + 1 oblitération... La maximaphilie, une passion !

Categories

Accueil > Approfondir > Un timbre... des cartes > François Mitterrand (2016)

31 mai 2017
François COLLIN

François Mitterrand (2016)

En 2016, la Poste a célébré le 100eme anniversaire de la naissance de François Mitterrand et en même temps le vingtième de sa mort…
C’est l’occasion de retracer certains épisodes de sa vie à travers quelques CM…

Le timbre François Mitterrand a été émis le 27.10.2016. Il est référencé sous le numéro 5089 par Yvert & Tellier.

CM sur carte postale anonyme. OPJ Jarnac (16) (ville de naissance)
CM sur carte postale anonyme. OPJ Jarnac (16) (ville de naissance)

« Laissons le temps au temps ». Il peut sembler étonnant que cette maxime soit celle de ce natif de Jarnac (Charente) qui, a tout juste 30 ans, sera élu pour la première fois député après avoir été haut fonctionnaire de Vichy et parallèlement responsable dans plusieurs réseaux de résistance…

CM sur carte postale anonyme. OPJ Paris (siège de l'Assemblée Nationale)
CM sur carte postale anonyme. OPJ Paris (siège de l’Assemblée Nationale)

Ce sera la Nièvre qui sera sa première conquête électorale en 1946, dans une liste « Unité et Action Républicaine », au programme clairement anticommuniste…avant de devenir l’un des plus jeunes ministres de France en 1947 au sein du gouvernement du socialiste Paul Ramadier !

Mais au fait, pourquoi la Nièvre ? Parce que, sans aucun chauvinisme, on ne peut nier son charme fait de contrastes ?
Ou plutôt parce que, fin 1946, le chef radical Henri Queuille, en quête de jeunes loups pour des circonscriptions difficiles, le pousse.

"Allez dans la Nièvre. On vous propose un poste, c’est qu’il n’y en a pas.
— Mais je n’y connais personne. J’y suis inconnu !
— Justement, vous n’y avez point encore d’ennemi."

CM sur carte des éditions JCP : inauguration du buste de F. Mitterand à Château Chinon en présence de ses fils. OPJ Château Chinon
CM sur carte des éditions JCP : inauguration du buste de F. Mitterand à Château Chinon en présence de ses fils. OPJ Château Chinon

Dès 1952 il est ministre d’état sous la houlette d’Edgar Faure avant de prendre la tête de l’UDSR (Union Démocratique et Socialiste de la Résistance). Il sera encore Ministre de l’Intérieur et Garde des Sceaux entre 1954 et 1957 sur fond de guerre d’Algérie.

En 1959, après avoir échoué 2 fois dans la conquête de la mairie de Nevers, il est élu maire de Château-Chinon. Il le restera jusqu’en 1981.

CM sur carte promotionnelle. OPJ Château Chinon (58) : sa circonscription
CM sur carte promotionnelle. OPJ Château Chinon (58) : sa circonscription

Dès le début des années soixante, il ambitionne de devenir Président de la République. En 1965, il réalise l’impensable : mettre le Général de Gaulle en ballotage ! Bien qu’à présent à la tête de la Fédération de la Gauche Démocrate et Socialiste (FGDS), la débâcle des législative post-mai 68 l’empêchera d’être candidat aux présidentielles de 1969.

Mais devenu premier secrétaire d’un Parti Socialiste créé en 1969 sur les ruines de la SFIO et ayant devancé le PC pour la première fois depuis 1946, il sera bien présent en 1974, devant toutefois s’incliner d’une courte tête face à Valéry Giscard d’Estaing.

CM sur carte postale, photo Pascal Lebrun. OPJ Paris
CM sur carte postale, photo Pascal Lebrun. OPJ Paris

Enfin, après 20années de quête, il accède à la magistrature suprême au soir du 10 mai 1981 en prenant sa revanche sur Giscard.

L’oblitération reprend son emblème personnel de Président de la République. Il représente un arbre composé d’un chêne et d’un olivier, symboles de force et de paix.

Premier président de gauche de la Vème République, son septennat débute par une vague de réformes sociales (hausse du SMIG et de nombreuses allocations, 5ème semaine de congés payés, retraite à 60 ans…), économiques (nationalisations) et sociétales (abolition de la peine de mort, libération des ondes, régularisation d’étrangers exerçant un travail…). En 1983, la situation de la dette et des dépenses publiques va amener le « tournant de la rigueur » qui débouchera en 1986 sur la première cohabitation.

CM sur carte humoristique des éditions Philippe Moreau. OPJ Paris
CM sur carte humoristique des éditions Philippe Moreau. OPJ Paris
CM sur carte des éd. Dervish : dessin de Mochoisne. OPJ Château Chinon
CM sur carte des éd. Dervish : dessin de Mochoisne. OPJ Château Chinon

Débarrassé du poids de l’exécutif, François Mitterrand se recentre alors sur un rôle de représentant du rayonnement de la France à travers grandes commémorations ou inaugurations de lieux souvent culturels. Ce faisant, il se façonne une image de sage, sorte de père de la nation et de l’Europe, qui lui ouvrira les portes de son deuxième septennat en 1988…

Malheureusement, une nouvelle fois les réalités de la gouvernance ne seront pas en phase avec les aspirations des électeurs. Malgré la création du RMI et du ministère de la ville, la multiplication des affaires, la première guerre du Golf et surtout une situation économique inquiétante déboucheront sur une nouvelle cohabitation en 1993.

Malade, François Mitterrand achèvera son mandat par l’inauguration de son dernier grand projet : la Bibliothèque nationale de France.

Le 17 mai 1995, à l’issue de la passation de pouvoirs avec Jacques Chirac, il prononcera son dernier discours public au siège du Parti Socialiste.

CM sur carte postale, photo Pascal Lebrun. Dernier discours. OPJ Paris
CM sur carte postale, photo Pascal Lebrun. Dernier discours. OPJ Paris

En 2006, la commune de Soustons, à laquelle appartient Latché ou il possédait une propriété, fit ériger un monument à sa mémoire.

CM sur carte postale, photo A. Granson. Monument à Soustons (40). CàD Soustons.
CM sur carte postale, photo A. Granson. Monument à Soustons (40). CàD Soustons.

Partager