Les Maximaphiles Français
1 timbre + 1 carte postale + 1 oblitération... La maximaphilie, une passion !

Categories

Accueil > Concourir > Règlements des expositions > Directives pour l’évaluation des collections de maximaphilie aux expositions (...)

1er août 2008
Christian BARRET

Directives pour l’évaluation des collections de maximaphilie aux expositions F.I.P. (Guidelines)

[violet]1 - Introduction[/violet]

Les présentes directives complètent les règlements GREV (général) SREV (spécial), pour aider le jury dans l’évaluation et les exposants dans la préparation des participations maximaphiles.

[violet]2 - Participations en compétition[/violet]

2.1 - Une participation maximaphile est constituée uniquement de cartes-maximum.

2.2 - La qualité des éléments constitutifs et les concordances entre ces éléments assurent à la carte-maximum la qualité de « matériel philatélique approprié » (GREV, article 3.1)

[violet]3 - Principe de la composition d’une participation[/violet]

Les éléments constitutifs doivent respecter les conditions suivantes complétant celles déjà prévues (SREV article 3) :

3.1 Le timbre-poste

  • Il doit être en parfait état.
  • Un seul timbre-poste doit figurer sur le côté vue de la carte postale. Les cartes-maximum réalisées avant 1978, date d’adoption de la définition de la carte-maximum par la F.I.P., peuvent comporter plusieurs timbres-poste à condition qu’un, au moins, soit en concordance avec l’illustration de la carte postale.
  • Lorsqu’un timbre-poste comporte des sujets multiples, secondaires ou partiels, chaque sujet doit, autant que possible, être traité séparément.
  • Le timbre-poste (ou le bloc dans lequel il figure, s’il est collé sur la carte) ne doit pas dépasser le quart du format de la carte postale.
  • Lorsqu’un même sujet est réparti sur plusieurs timbres-poste se tenant pour former panorama, l’ensemble peut figurer sur une seule carte postale. Par contre, pour les sujets isolés sur un seul des timbres-poste se tenant, seul celui sur lequel figure le sujet traité doit être apposé sur la carte postale.
  • L’utilisation de marques d’affranchissement postal illustrées délivrées par distributeurs automatiques, collées côté vue de la carte postale est admise.
  • D’une manière générale, les sujets abstraits ou symboliques ne se prêtent pas à la réalisation de cartes-maximum et sont exclus du domaine de la maximaphilie.

3.2 La carte postale

  • La carte postale illustrée doit se trouver, autant que possible, dans le commerce avant l’émission du timbre-poste. Si elle est éditée spécialement, elle doit reproduire un document préexistant.
  • Ne peuvent être utilisés que les formats carrés ou rectangulaires, à l’exclusion de tout autre.
  • Les collages, les découpages, les photographies privées sur papier, les photocopies couleur ou noir et blanc, les montages, les dessins, les documents conçus spécialement pour l’émission du timbre-poste et imprimés de façon privée avec l’ordinateur sur papier spécial pour la photographie, ne peuvent pas être utilisés pour la réalisation de cartes-maximum.

3.3 L’oblitération

  • L’oblitération qui indique le nom du bureau de poste ainsi que la date de l’opération doit être lisible et appliquée intégralement sur l’ensemble timbre-poste/carte postale. Ceci est valable tant pour les oblitérations apposées manuellement que pour les oblitérations mécaniques.
  • Les oblitérations ordinaires, qui sont sans illustration, sont valables à condition que la concordance de lieu soit respectée.

3.4 Classification des collections

a) - Les collections par pays ou groupe de pays comprennent des cartes-maximum réalisées avec des timbres-poste émis par un pays ou un groupe de pays ayant des liens géographiques, historiques, ou culturels. D’une façon générale, l’ordre chronologique des émissions est à éviter, exception faite dans les collections traditionnelles se limitant à une période.
b) - Les collections par spécialité et/ou d’étude portent, au choix de l’exposant, soit sur les éléments constitutifs de la carte-maximum, soit sur les différentes concordances, ou sur les deux, soit sur une période déterminée.
c) - Les collections par thème comprennent des cartes-maximum ayant un rapport avec celui-ci. Elles ne sont limitées ni dans l’espace, ni dans le temps. Dans ces trois types de collections, peuvent être exposées simultanément des cartes-
maximum dites « variantes », c’est-à-dire des cartes-maximum réalisées avec un même timbre-poste sur des cartes postales différentes et avec des oblitérations différentes, tout en respectant les règles de la concordance. Si la collection ne traite pas uniquement de variantes, leur sélection devra être limitée à un maximum de deux par cadre d’exposition, de façon à ne faire apparaître ni un déséquilibre dans la présentation, ni un manque de matériel. Un seul changement de date sur une oblitération apposée avec le même timbre à date n’est pas suffisant pour réaliser une carte-maximum « variante ».

3.5 Plan

Une collection doit être précédée d’un plan, présenté sur une seule page. Il doit décrire le contenu de la collection et indiquer clairement l’idée directrice. Il doit être logique, équilibré et en conformité avec le sujet et le titre choisis. Il doit être subdivisé en chapitres. Ni une simple table des matières, ni une description littérale ne peuvent être considérées comme un plan suffisant. Il doit être rédigé dans une des langues officielles de la FIP.

++++

[violet]4 - Critères d’évaluation des participations[/violet]
(voir en téléchargement la fiche de notation de la classe MX)

4.1 L’appréciation des collections de maximaphilie se fait suivant les prescriptions de l’article 4 du règlement général de la F.I.P. pour l’évaluation des participations en compétition aux expositions F.I.P. (GREV) et en tenant compte du règlement spécial de la F.I.P. pour l’évaluation des participations de maximaphilie aux expositions F.I.P. (SREV).

4.2 Traitement et importance de la participation

Un total de 30 points est attribué dont 20 pour le traitement et 10 pour l’importance. _ Le traitement ou le développement d’une collection concerne les points suivants :

  • une bonne concordance entre le titre, le plan et le contenu de la participation.
  • un classement logique et judicieux des cartes-maximum parfaitement adapté à l’idée
    directrice du plan.
  • les textes qui accompagnent chaque pièce doivent être concis et apporter un
    complément d’information sur les éléments et/ou les concordances.

L’importance de la collection est liée à la difficulté du développement du sujet choisi, compte tenu du matériel connu et de l’étroitesse du sujet traité.

4.3 Connaissance et recherche

Un total de 35 points est attribué dont 20 pour la connaissance et 15 pour la recherche.
L’exposant étant jugé sur la manière dont il a effectué la sélection des cartes-maximum de sa collection, sa présentation doit en permanence mettre en évidence l’ensemble de ses connaissances sur le sujet traité : commentaires thématiques, philatéliques et marcophiles ainsi que cartophiles quand cela est nécessaire.

  • La connaissance philatélique est évaluée en considérant l’intérêt des commentaires relatifs au timbre-poste (motif et date d’émission, type, impression, variété, date de fin de validité,…).
  • La connaissance marcophile concerne les timbres à date, leurs types, leur période d’utilisation, la justification de leur utilisation (lieu, illustration, texte).
    Toutes les tentatives pour améliorer l’aspect d’un timbre à date ou d’une oblitération mécanique après son application par les autorités postales la feront considérer comme fausse.
  • La connaissance cartophile est évaluée en fonction de la concordance avec le sujet du timbre-poste, de la qualité et de la rareté de l’édition.

La recherche maximaphile est déterminée par le respect des trois concordances : de sujet, de lieu et de temps.

La concordance de sujet est la condition essentielle de la validité d’une carte-
maximum. Cette concordance entre l’illustration du timbre-poste et celle de la carte postale, doit être la meilleure possible et apparaître visuellement.

La concordance de lieu implique un rapport entre le nom de la localité ou celui du lieu
inscrit sur l’oblitération et le sujet du timbre-poste et de la carte postale. L’oblitération « premier jour » ne peut être utilisée que si elle respecte la condition mentionnée ci-dessus.

  • En ce qui concerne les monuments, les paysages et les sites, une seule localité est admise pour obtenir la concordance exigée : celle où se trouve le monument, le paysage ou le site. S’il s’agit d’une localité sans bureau de poste, l’oblitération doit être apposée par le bureau desservant cette localité ou par celui de la localité la plus proche.
  • Dans le cas d’une personnalité, l’oblitération doit être apposée dans une localité en rapport avec un événement la concernant : naissance, décès, inhumation, œuvre ou aspect de son activité, hommage posthume,… Lorsque le timbre-poste commémore explicitement l’un de ces événements, l’oblitération de la localité où il s’est déroulé est meilleure.
  • Quand le timbre-poste est consacré à un événement, l’oblitération doit être apposée dans la localité qui présente un rapport avec celui-ci.
  • Lorsque le timbre-poste représente par exemple un avion, un train, ou un bateau, l’oblitération doit être apposée dans une localité où se trouve un aéroport, une gare, un port, ou par un bureau de poste du bord en rapport avec le sujet.
  • Les cartes-maximum représentant des activités sportives sont meilleures si elles sont oblitérées dans les localités où l’on pratique ces sports.
  • Les cartes-maximum représentant des œuvres d’art telles que peintures, sculptures, mosaïques, émaux, vitraux, fresques, tapisseries, et d’une manière générale toutes œuvres figurant dans les musées ou collections doivent être oblitérées soit dans la localité où se trouvent ces œuvres, soit dans celle où elles ont été créées. Les oblitérations apposées en d’autres lieux, pendant des expositions et autres manifestations, sont admises si elles ont un rapport avec l’œuvre (signature ou
    portrait de son créateur, portrait du modèle, …).
    Toutefois lors du jugement de collections d’œuvres d’art, considérant leur caractère universel, l’oblitération apposée dans le pays émettant le timbre-poste est acceptée. Cependant, lorsqu’unemême œuvre d’art est représentée sur des timbres-poste de différents pays, la carte-maximum portant le timbre-poste et l’oblitération du pays où se trouve l’œuvre d’art est meilleure.
  • En ce qui concerne les timbres-poste représentant des sujets situés en dehors du pays d’émission, la clause dérogatoire ci-dessus s’applique aux personnalités et aux sujets se rapportant au cosmos. L’oblitération doit être apposée dans la localité du pays où a été organisée une manifestation se référant au but de l’émission.
  • Lorsque le timbre-poste commémore un événement, ou reproduit un paysage ou un monument d’un autre pays, la réalisation de cartes-maximum n’est pas possible par suite du manque de concordance de lieu.
  • Les oblitérations effectuées par les bureaux de poste d’un pays hors de ses frontières (par exemple dans le cadre des manifestations philatéliques ou autres) sont admises.

L’oblitération est d’autant plus intéressante que le lieu où elle a été effectuée est étroitement lié au sujet, qu’elle complète harmonieusement par son illustration ou par son texte l’ensemble timbre-poste/carte postale et que son utilisation a été plus ou moins brève.

La concordance de temps est déterminée par la date figurant sur l’oblitération, pendant la période de validité du timbre-poste.

4.4 Etat et rareté du matériel

Un total de 30 points est attribué dont 20 pour la rareté et 10 pour l’état des pièces présentée.

La rareté d’une carte-maximum dépend :

  • d’une part de la rareté relative des 3 éléments, chacun dans son domaine,
  • d’autre part de la difficulté et/ou de l’ancienneté de la réalisation.

L’ancienneté se définit par rapport à trois périodes :
a) Avant 1946 date de première publication de la définition de la carte-maximum
b) De 1946 à 1978.
c) Après 1978, date d’adoption par la F.I.P. des règlements de la Maximaphilie.

4.5 Présentation

On dispose de 5 points pour la présentation.
Il est essentiel qu’elle ait un aspect agréable et soigné afin de donner une bonne impression d’ensemble. Pour ce faire les exposants doivent s’inspirer des principes suivants :

  • utilisation de feuilles de couleur claire,
  • disposition harmonieuse du matériel présenté, 2 cartes-maximum par page (éviter les pages partiellement vides, ou trop chargées et les pièces qui se chevauchent),
  • textes explicatifs rédigés d’une manière concise, écrits de manière lisible et sans faute.

[violet]5 - Jugement des participations[/violet]

Pour que le jugement soit cohérent, il est demandé aux jurés de compléter la feuille de notation et de donner à l’exposant un certain nombre de remarques et de conseils pour améliorer sa participation.

La présence de faux étant toujours préjudiciable à toute présentation, il est recommandé aux exposants de faire expertiser leurs pièces en cas de doute.

[violet]6 - Conditions d’application[/violet]

Ces directives pour l’évaluation des participations de maximaphilie aux expositions F.I.P. ont été acceptées à l’unanimité à Malaga par la Commission FIP pour la Maximaphilie le 12 0ctobre 2006 (et soumis à l’approbation du Bureau de la FIP).

titre documents joints

Partager